Réunion d’experts sur les systèmes d’armes létaux autonomes (Genève, 13-16 mai 2014) [en]

La réunion informelle d’experts sur les systèmes d’armes létaux autonomes s’est tenue à Genève du 13 au 16 mai 2014. Elle a réuni environ 400 experts de toutes nationalités autour du mandat qui avait été décidé par la réunion des Hautes parties contractantes à la CCAC en novembre dernier.

Pour mémoire, ce mandat était le suivant :

« le Président convoquera en 2014 une réunion informelle d’experts de 4 jours, du 13 au 16 mai, afin d’étudier les questions relatives aux technologies émergentes liées aux systèmes d’armes autonomes, dans le contexte des objectifs et buts de la Convention. Sous sa propre responsabilité, il soumettra un rapport à la réunion des Hautes parties contractantes de la CCAC de 2014, qui reflètera les discussions tenues de manière objective ».

La réunion a permis un premier échange au niveau international sur le sujet des systèmes d’armes létaux autonomes. Elle était présidée par l’Ambassadeur Jean-Hugues Simon-Michel, Représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement.

Lien vers le programme de la réunion

Lien vers le rapport final

Lien vers le bilan de la réunion présenté devant la Conférence du désarmement

Communiqué du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères (point de presse du 12 mai 2014)

Dans le cadre de ses efforts constants visant à promouvoir le désarmement, la France présidera à Genève, du 13 au 16 mai, une réunion d’experts sur les systèmes d’armes létaux autonomes, dits aussi « robots tueurs ». L’objectif de cette réunion est d’appréhender les enjeux éthiques, juridiques et opérationnels soulevés par le développement de nouvelles technologies dans le domaine de l’armement. La capacité du droit international existant à encadrer l’utilisation éventuelle de ces systèmes d’armes, qui ne sont pas encore opérationnels, est au coeur de ces enjeux. La réunion sera ouverte non seulement aux experts et aux représentants des États, mais aussi à ceux des ONG, qui pourront y exprimer leurs vues. C’est la France qui avait pris l’initiative, l’an dernier, de proposer d’engager un débat sur cette question dans le cadre des réunions de la convention sur certaines armes classiques, instrument essentiel en matière de désarmement prenant en compte les nécessités de défense comme les préoccupations humanitaires.

Lien vers le communiqué d’ouverture des Nations-Unies

Lien vers le communiqué de clôture de la réunion

l'Ambassadeur Jean-Hugues Simon-Michel, Représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement - JPEG

L’Ambassadeur Jean-Hugues Simon-Michel, Représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement

publié le 12/04/2016

haut de la page