Enjeux et position de la France [en]

Enjeux

Les engins explosifs improvisés (EEI/IED) constituent une catégorie d’armes explosives pouvant prendre une grande variété de formes et être activées de diverses manières.

Très accessibles, ces armes sont de plus en plus utilisées dans les conflits actuels et représentent une menace considérable pour les populations civiles et un risque opérationnel majeur pour nos forces engagées sur le terrain. Les EEI sont notamment très employés par les groupes terroristes.

A Genève, la question des engins explosifs improvisés est traitée dans le cadre du Protocole II modifié de la Convention sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination, dite Convention sur certaines armes classiques (CCAC).

Position de la France

La France est particulièrement active dans la lutte contre les EEI/IED, au sein des enceintes genevoises.

La France coordonne, avec la Colombie, le groupe d’experts dans le cadre du Protocole modifié II de la CCAC.

Elle est l’auteur, avec l’Afghanistan et l’Australie, de la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies « Lutter contre la menace que représentent les engins explosifs improvisés » depuis 2015, qui rappelle notamment l’importance de la menace, encourage les Etats à adopter des mesures nationales de lutte contre les EEI et encourage la coopération et l’assistance internationale dans ce domaine.

La France soutient l’action du 18 de l’agenda pour le désarmement du Secrétaire général visant à renforcer la coordination et la cohérence des actions concernant les engins explosifs improvisés.

La France organise régulièrement des évènements parallèles pour sensibiliser l’ensemble des acteurs à la problématique des engins explosifs improvisés.

Elle soutient financièrement plusieurs actions dans le domaine, et notamment les travaux de l’UNIDIR dans ce domaine. Elle a enfin financé l’étude intitulée « Addressing Improvised Explosive Devices : Options and Opportunities to Better Utilize UN Processes and Actors », publiée en novembre 2015, et a financé l’outil d’auto-évaluation de l’UNIDIR sur les engins explosifs improvisés, lancé en juin 2020.

publié le 19/06/2020

haut de la page