Francophonie et désarmement

JPEGL’Organisation Internationale de la Francophonie fête ses 50 ans cette année. Composée de 88 Etats et gouvernements (54 membres, 7 associés et 27 observateurs), elle met en œuvre la coopération multilatérale francophone dans le monde autour d’un dénominateur commun : le français.

Cinquième langue la plus parlée dans le monde et seule langue, avec l’anglais, parlée sur les cinq continents, la langue française revêt une importance majeure dans les relations internationales. Langue officielle de l’ONU, elle est la langue de travail des représentants de nombreux pays, y compris de ceux dont le français n’est pas la langue natale mais qu’ils utilisent comme langue de travail dans les instances internationales. La défense du multilinguisme au sein des enceintes onusiennes et la promotion de la francophonie constituent une priorité pour la France, face au risque de voir s’imposer une langue unique, qui mènerait à une pensée unique. A ce titre, le Groupe des Ambassadeurs Francophones présente une résolution portant sur le multilinguisme tous les deux ans depuis 1995.

En raison des défis communs en matière de maîtrise des armements auxquels font face de nombreux pays francophones, un groupe de travail francophone sur le désarmement (GTD) a été créé en juin 2018 à Genève afin de porter ensemble des positions communes dans ce domaine. L’ambition du GTD s’est concrétisée par une déclaration commune sur le multilinguisme lors de la première Commission de l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU) en 2019, lue par la représentante permanente de l’Autriche auprès de l’Office des Nations Unies à Genève. Par ailleurs, parallèlement à la 74ème AGNU, nous avons, conjointement avec les missions permanentes de la Roumanie, du Mali, et du Maroc, organisé un évènement en français sur la lutte contre le trafic d’armes légères et de petit calibre (ALPC) dans l’espace francophone. Fort de ces premiers succès, nous porterons à nouveau cette année une déclaration commune du GTD lors de la première Commission de la 75ème AGNU.

Alors que plus de 700 millions de personnes vivront dans des pays francophones en 2060, contre 300 millions aujourd’hui, la France entend continuer de renforcer ses liens avec les pays de la Francophonie pour une action plus coordonnée au sein des enceintes de désarmement et des autres organisations internationales.

PNG Crédit photos : Organisation Internationale de la Francophonie

publié le 05/10/2020

haut de la page