La France et le Groupe d’experts gouvernementaux sur le FMCT

La France attache une grande importance au commencement immédiat de la négociation d’un traité d’interdiction de la production de matières fissiles pour les armes nucléaires, qui constitue la prochaine étape logique en matière de désarmement nucléaire et qui s’inscrit dans le cadre de l’action 15 du plan d’action TNP de 2010. Le traité d’interdiction complète des essais nucléaires a permis d’arrêter l’amélioration qualitative des armes. Le FMCT permettra d’agir sur la quantité, en interdisant la production des matières fissiles, qui constituent la matière première des armes. Ce traité comportera également des bénéfices en matière de lutte contre la prolifération.

L’établissement d’un groupe d’experts gouvernementaux résulte de l’adoption par l’assemblée générale, lors de sa 67e session (2012), de la résolution A/RES/67/53 intitulée « traité interdisant la production de matière fissile pour les armes nucléaires et autres engins explosifs nucléaires ».

La résolution a été adoptée avec le soutien de 166 Etats, montrant ainsi le fort engagement de la communauté internationale en faveur de cette initiative.

Le Groupe d’experts gouvernementaux (GGE) se réunira à Genève pour deux sessions de travail en avril et août 2014.

Sans attendre le lancement de cette négociation, la France a cessé la production de matières fissiles pour les armes nucléaires (interruption, dès 1992, de toute production de plutonium pour les armes nucléaires et mesure similaire en 1996 pour ce qui concerne l’uranium hautement enrichi) et démantelé ses installations de production (Pierrelatte et Marcoule) dans des conditions de transparence et d’irréversibilité sans équivalent. Des représentants des Etats membres de la conférence du désarmement, des experts non-gouvernementaux et des journalistes ont pu visiter le chantier de démantèlement de ces installations en 2008 et en 2009.

Dès à présent, la France, comme ses partenaires de l’Union européenne, appelle tous les Etats concernés au strict respect d’un moratoire immédiat sur la production de matières fissiles pour les armes nucléaires et au démantèlement des installations de production correspondantes.La France participera donc activement aux travaux du GGE et a déjà transmis des éléments préliminaires de position au Secrétariat (lien http://www.unog.ch/unog/website/dis....

publié le 02/08/2016

haut de la page