Le saviez-vous ? Les Nations unies et le désarmement [en]

PNG

Le saviez-vous ?

Il y a 75 ans, le 26 juin 1945, été signée la Charte des Nations unies à San Francisco. Elle mentionne le désarmement comme prérogative et progressivement, une « machinerie onusienne » pour le désarmement se mettra en place. Ainsi, plusieurs organes des Nations unies sont investis de la question du désarmement.

La Charte prévoit tout d’abord à son article 11.1 que « L’Assemblée générale peut étudier (…) les principes régissant le désarmement et la réglementation des armements, et faire, sur ces principes, des recommandations ». Celle-ci le fait sous l’égide de sa première commission, qui se rassemble tous les ans durant 4 à 5 semaines en octobre pour discuter du désarmement et de la sécurité internationale. Elle est secondée par la Commission du désarmement. Cet organe subsidiaire de l’Assemblée a été créé en 1978, lors de la première session extraordinaire de l’Assemblée générale consacrée au désarmement. Elle présente un rapport annuel à l’Assemblée générale sur les questions de désarmement et le suivi de l’application des décisions de l’Assemblée générale. Cependant, ce forum a été progressivement délaissé au profit de celui de la Conférence du désarmement, elle aussi créée par la session extraordinaire de 1978. Elle siège à Genève et est composée de 65 membres des Nations unies qui se réunissent lors de trois sessions annuelles. Elle conduit des négociations sur la base du consensus. Formellement indépendante des Nations Unies, la Conférence du désarment bénéficie tout de même des services du Secrétariat des Nations Unies.

Le Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) traite également des questions de désarmement et notamment dans le cadre de la non-prolifération des armes de destruction massive, et peut voter des résolutions dans ce sens.

Au niveau du Secrétariat, l’UNODA, le Bureau des affaires de désarmement des Nations unies, crée en 1982 et basé à New York, traite des questions du désarment. Son action est secondé par une unité à Genève, qui s’occupe notamment du secrétariat de la Conférence du désarmement, et trois centres régionaux : le Centre régional des Nations unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC), le Centre régional des Nations unies pour la paix et le désarmement en Asie et dans le Pacifique (UNRCPD), et le Centre régional des Nations unies pour la paix, le désarmement et le développement en Amérique latine et dans les Caraïbes (UNLiREC).

A côté de ces organes fonctionnels opère l’Institut des Nations unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR). Créé en 1980 par l’AGNU, sous l’impulsion de la France, et basé à Genève, ce centre de recherche indépendant publie des articles et des rapports sur le désarmement. Il est financé par les dons des Etats membres.

publié le 19/06/2020

haut de la page