Non-prolifération

23 millions d’euros : C’est la contribution totale de la France au budget de l’AIEA en 2009. Cette contribution se décompose comme suit :

- 17 millions d’euros de contribution au budget ordinaire

- 4 millions d’euros de contributions volontaires

- 2 millions de contributions aux autres budgets (contributions financières et en personnel)

1,5 million d’euros : La France a apporté à l’AIEA des contributions volontaires (financières et en nature) estimées en 2008 à 1,5 million d’euros dans le cadre du Programme Français de Soutien aux Garanties (PFSG).

6,24 %  : c’est la part de la contribution de la France au budget de l’AIEA.

25 millions d’euros : C’est le montant de la participation envisagée par l’Union européenne au projet de banque de combustible sous l’égide de l’AIEA.

347 : C’est le nombre d’inspections relatives au contrôle international des matières nucléaires effectuées en 2009 sur les installations françaises dans le cadre du traité Euratom et de l’AIEA, correspondant à 1434 hommes.jours d’inspection (326 en 2008).

12 résolutions du Conseil de sécurité condamnant la prolifération nucléaire depuis 2004, toutes votées par la France.

publié le 25/03/2011

haut de la page