Présentation du DCAF [en]

LE DCAF

Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité

Le Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité (DCAF) a été créé en octobre 2000 à l’initiative du gouvernement suisse. Sa mission est d’encourager et de soutenir les états et les institutions non étatiques dans les efforts qu’ils déploient pour renforcer le contrôle démocratique et civil sur les forces armées et sur les forces de sécurité, ainsi que de promouvoir une réforme du secteur de la sécurité conforme aux normes démocratiques.

Pour réaliser ses objectifs, le Centre

. recueille l’information et entreprend des recherches pour identifier les problèmes, rassemble l’expérience accumulée sur le terrain afin de proposer les meilleures pratiques dans le domaine de la gouvernance démocratique et de la réforme du secteur de la sécurité. Ce dernier comprend les forces armées, la police, les forces paramilitaires, les services de sécurité intérieure et de renseignement, les garde-frontières, les structures de contrôle parlementaire et gouvernemental ainsi que la société civile ;

. fournit des avis compétents et adaptés, et apporte son soutien sur le terrain à toutes les parties intéressées, notamment aux gouvernements, aux parlements, aux organisations internationales et non gouvernementales ainsi qu’aux milieux universitaires. Le DCAF tient particulièrement à encourager et à soutenir le principe de l’auto assistance ("self help ") ainsi qu’à jouer un rôle d’intermédiaire en mettant l’expérience de pays qui ont déjà vécu un processus de transition à la disposition de ceux qui viennent de s’engager.

Le DCAF est une fondation internationale de droit suisse. Son Conseil de fondation est constitué de 63 Etats membres et le Canton de Genève. La présidente du conseil est l’ambassadrice Véronique Bujon-Barré (France).

Le Directeur du Centre est l’ambassadeur suisse Thomas Guerber. L’effectif du DCAF est de plus de 200 personnes environ (représentant 30 nationalités différentes) réparties entre Genève et les bureaux extérieurs.

Le DCAF bénéficie de contributions fournies gracieusement par certains Etats membres du Conseil de fondation.

La contribution de la France est essentiellement constituée par le financement de projets et la mise à disposition d’un conseiller militaire depuis 2000. La France participe par ailleurs au développement de grandes orientations stratégiques en tant que membre du Bureau et du Conseil de fondation du DCAF.

www.dcaf.ch

publié le 19/06/2020

haut de la page