Universalisation point 10 d) - intervention de SEM Delacroix

Monsieur le Président,

L’engagement de la France en faveur de la convention d’Ottawa se traduit par un soutien constant à son universalisation et par une condamnation sans réserve et en toute circonstance de l’emploi des mines antipersonnel. Notre convention compte à ce jour 160 États parties et je voudrais saluer les 3 États qui nous ont rejoints depuis notre dernière assemblée, Tuvalu, la Somalie et tout particulièrement la Finlande, membre de l’Union européenne. Si ces adhésions constituent des succès pour la Convention, certains grands États sont toujours en dehors.

La France entend donc continuer à travailler en faveur de sa promotion, au renforcement de son efficacité, et à la préservation de son intégrité et de sa portée. La Conférence de Carthagène de 2009 a mis l’accent sur la coopération et l’assistance aux victimes. Elle a débouché sur l’adoption d’une déclaration politique et d’un plan d’action très opérationnel. Ce sont ces aspects que la France continue de mettre en avant en réalisant des démarches ciblées auprès d’ États non-parties à la convention, leur rappelant l’intérêt d’y devenir partie. Une fois de plus, la France encourage tous les États qui ne l’ont pas encore fait à devenir partie à la Convention.

Je vous remercie.

publié le 11/12/2012

haut de la page