Visite de la base de Luxeuil - 16 avril 2015. [en]

Dans le cadre de ses efforts de transparence en matière de désarmement, la France a ouvert aujourd’hui la base aérienne 116 de Luxeuil en Haute-Saône. Des représentants d’une cinquantaine d’Etats et d’organisations internationales ont ainsi visité les anciens dépôts de munitions d’armes nucléaires de cette base et les anciennes installations de l’escadron de chasse La Fayette. Ils ont pu constater les effets concrets de la décision prise par la France de réduire d’un tiers la composante nucléaire aéroportée.

Cette visite, annoncée par le président de la République à Istres le 19 février dernier, constitue une nouvelle marque de l’exemplarité de la France en matière de transparence. A cette occasion le président de la République avait appelé tous les États disposant de l’arme nucléaire à faire le même effort de vérité, souhaitant que la visite de nouveaux sites français « inspire l’attitude d’autres puissances nucléaires, avec des visites auxquelles nos experts pourront également se rendre ».

En 2008, la France avait déjà ouvert les portes de ses anciennes installations de production de matières fissiles pour les armes nucléaires de Pierrelatte et Marcoule à plus d’une quarantaine de représentants d’États membres de la Conférence du désarmement, puis en 2009 pour plus d’une vingtaine d’experts non gouvernementaux et une trentaine de journalistes français et étrangers. La France avait été le premier Etat doté de l’arme nucléaire à prendre une telle mesure de transparence.

Lors de cette visite, l’ambassadeur Simon-Michel a prononcé une intervention dont le texte intégral et sa traduction de courtoisie en anglais peuvent être retrouvés ici.

Voir la plaquette de présentation de la visite en français et en anglais.

publié le 19/07/2016

haut de la page